Super Swing Project pour le concert "Musicos contre Muco" de Parfum de Jazz

vu le dimanche 13 août 2017











Tradition du festival Parfum de Jazz depuis de nombreuses années, on démarre par un concert gratuit en plein air dans le petit village provençal de Saint-Ferréol-Trente-Pas, concert caritatif au profit de la lutte contre la mucoviscidose. Un succès exceptionnel puisque plus de quatre cents personnes étaient présentes. La buvette s'est fait bien déborder ;)
Cette année, nous avons la chance d'écouter le super swing project, un quartet composé de Daniel Barda au trombone, habitué du festival de longue date, Gilles Berthenet à la trompette, Charles Prévost au washboard et aux percussions et Jean Marc "Chapeau" Monnez au piano et à la voix.
Ce concert fera la part belle à quelques morceaux, certains pas toujours très connus, joués dans le style New-Orleans et Dixieland, tels When I grow to old to dream de Nat King Cole, Doctor Jazz de King Oliver, Blues My Naughty Sweety Gives to Me de Sydney Bechet, Lulu's back in town de Fats Waller, I can't believe that your in love with me de Billy Holiday, Sweet Lorraine, très belle et langoureuse ballade de Nat King Cole admirablement éxécutée, puis de George Gerschwin Lady be good et Lisa, cette dernière jouée en solo par le pianiste, dans le plus pur style "Real Boogie Woogie" de Memphis Slim, sur un piano à queue, une première à Saint-Ferréol-Trente-Pas. Pour clore ce dernier set, Them there eyes de Billie Holiday et Indiana composé par Hanley et MacDonald en 1917 et au dernier rappel, demandé avec insistance par le public, Please don't talk about me.
Les compositions issues d'époques et de genre fort différents sont ici efficacement et joliment arrangées et interprétées. Les quatre musiciens arrivent, tout en gardant l'unité de groupe, à prendre de superbes chorus. Le pianiste maîtrise admirablement le style "Stride" et chante avec à propos.
Un superbe concert d'ouverture, pour cette édition 2017 du festival Parfum de Jazz en pays des Baronnies.


Philippe Chassang

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ah qu’il est bon d’être une femelle de et avec Céline Frances

Les précieuses ridicules de Molière par la compagnie Art’scenic

Seule(s) en scène de : Claire Olier